Brand Logo

Essayons de rendre le monde plus beau

Le rouge est l'une des couleurs dominantes de mes oeuvres. Il s'agit d'un rouge vibrant, flamboyant et varié qui parle de mes émotions et de mes sentiments. Il est aussi synonyme de dynamisme. Mes toiles émergent de mes souvenirs, du bien être de mon enfance. La technique est mixte et variée : à l'acrylique, peinture de base, se mélangent différentes matières comme le tissu, le papier, le métal, le verre, la feuille d'or. Il peut s'agir aussi de n'importe quel autre objet, neuf, façonné par le temps ou bien travaillé pour lui donner une autre forme. Sur les toiles ces objets donnent une autre dimension à mes compositions. Toutes ces matières dialoguent avec le dessin laissé par un crayon à mine ou par une plume à l'encre de Chine. Il m'arrive aussi de gratter dans l'épaisseur de la couleur, cela donne une grande expression graphique. Dans mes toiles on retrouve le spectacle au propre comme au figuré par la mise en scène des couleurs, des matières et des lignes tracées. Dans l'art il n'y a pas de frontières, il y a un langage commun, les cultures se croisent, fusionnent. D'origine Roumaine, je porte en moi des traditions, des souvenirs et des habitudes qui se transmettent d'une façon spontanée dans mon travail. Probablement imprégné par cette culture, le personnage - souvent féminin - est représenté de face, comme dans les icônes orthodoxes. Les yeux sont en amande et les mains dessinent des gestes gracieux. On ne pourrait remarquer qu'un seul oeil dans chaque personnage, mais l'autre que l'on ne voit pas nous regarde, il veille, surveille...c'est le regard vers l'avenir et vers nous même. Dans les compositions qui mettent en scène un couple, l'oeil unique de chaque personnage contribue à créer un couple fusionnel, une association du yin et de yang. Au fil du temps, des cours de dessin à partir de l'âge de 11 ans, en passant par le lycée des Beaux arts puis aux Beaux Arts à Bucarest, mes dessins se sont volontairement stylisés d'une façon naïve, ils sont le résultat et la réflexion de plus de vingt ans de travail, de brouillons, de croquis, d'études, de feuilles arrachées et de recommencements. Et mon cheminement artistique n'est pas fini....

“J'expose du 8 au 19 novembre au Festival Art et Déchirure de Rouen à la Halle aux Toiles, Place de la Haute Vieille Tour” - Madalina Dina
“Ce festival, unique en son genre, témoigne de l’existence d’une production artistique singulière, souvent souterraine, parfois créée dans l’urgence, hors des sentiers balisés de l’art dit culturel.” - artetdechirure.fr
“Un festival comme une invitation à la marge, comme une incitation à découvrir le visage souriant de la création contemporaine.” - artetdechirure.fr